Biographie

En septembre 1994, une véritable bombe explose à la gueule du petit monde de la musique québécoise. Découvert en plein été avec une « road song » qui détonne chez cet adolescent que la rumeur veut déjà fêtard (Terre promise), N’importe quoi le consacre instantanément au rang de star. Éric Lapointe commence tout juste à faire la manchette…

Depuis le lancement du premier album, Obsession (1994, plus de 225 000 copies vendues), le Québec réserve un accueil bouillonnant à Éric Lapointe. Viennent ensuite Invitez les Vautours (1996, 180 000 copies vendues à ce jour), À l’ombre de l’Ange (1999, 225 000 copies vendues à ce jour) et l’album «Live» Adrénaline (160 000 copies vendues). En novembre 2004, à travers la tourmente, Lapointe lance Coupable, qui franchira les 100 000 copies en quelques semaines… et enfin, en novembre 2006, Lapointe 1994-2006 : N’importe qui, l’album cd-dvd compilation qui est déjà certifié Disque d’or.

Félix de la Découverte de l’année et de l’album Rock au Gala de l’ADISQ 1995. Cinq nominations lors de ce même Gala qu’il avait ouvert en 1994, dont celles d’Interprète Masculin de l’année, Meilleur vendeur (album) et Concert Auteur-Compositeur-Interprète, ainsi que trois nominations de l’industrie pour son équipe…

De nouveau nominé à trois reprises en 1997, il rafle encore le Félix de l’Album À l'ombre de l'angeRock de l’année. Un autre « Album rock » pour À l’ombre de l’ange (5 Félix en 2000), et encore un autre pour Adrénaline! Tous les Lapointe sont « Album rock de l’année » au gala de l’ADISQ.

Les Rolling Stones l’invite à ouvrir leurs deux concerts de Paris du Voodoo Lounge Tour en 1995, en compagnie de Bon Jovi, bientôt suivi d’une prestation aux FrancoFolies de La Rochelle avec Florent Pagny.

En 1995, Éric est le premier artiste à recevoir une même année deux Prix Miroir du prestigieux Festival d’été international de Québec (Choix du Public et Meilleure prestation scénique). En 1997, 2000 et 2006, il remet cela et reçoit de nouveau le Miroir du Choix du Public, faisant de Lapointe le premier récipiendaire de cinq de ces prix en 30 ans!

Lapointe reçoit aussi le Prix des radios francophones du Monde pour la chanson de l’année 1994-95 : Terre Promise. De plus, N’importe quoi est sacrée Choix du Québec par les auditeurs du Réseau Énergie en 1994 ; et en 1997, c’est au tour de Loadé comme un gun d’être le Choix du Québec des auditeurs de Radio Énergie (1 800 000 auditeurs), et encore en 1999 ! Cette fois, l’honneur revient à son immense succès : Mon ange.

Lapointe s’est offert une collection considérable de numéros un dans différents palmarès du Québec : N’importe quoi, Terre Promise, L’exquise, Je rêve encore, Deux fois la même histoire, D’l’amour, j’en veux pus, Bobépine, Loadé comme un gun, Les Boys, Rocket, Laisse-moi seul, Rien à regretter, On commence à s’quitter, Mon Ange, Ma gueule, Le Boys Blues Band, Qu’est-ce que ça peut ben faire, Un beau grand slow. Plus récemment Reste là, La Bartendresse, Coupable, Attends et Tattoo atteignent le top des palmarès un peu partout, dont à CKOI et sur le Réseau Énergie, et bien sûr au Top 100 BDS du Palmarès. MusiquePlus précède la parade, et Lapointe est un abonné du Top 3 des ventes du Palmarès.

En 1997, tenant la forme des vrais, Lapointe publie un mini de 2 titres, Le Screw (Richard Desjardins) et Les Boys, écrite pour le film, qui non seulement s’écoule à près de 15 000 copies, mais crée ainsi 2 succès parmi les plus forts de son spectacle. Fin 1998, Lapointe écrit de nouveau 2 chansons pour Les Boys II : Rocket et Alléluia, également mise en marché sur CD-simple, et écoulées à près de 25 000 copies en 6 semaines! De retour en 2001 avec la trame originale du film Les Boys III, avec sept chansons inédites dont le succès Le Boys Blues Band, qui est grimpé au numéro 1 des Palmarès, et l’album franchit les 35 000 ventes.

Le 8 avril 2002, Lapointe lance Adrénaline un album «Live» double. Lapointe refait surface, avec toute la fougue qu’on lui connaît. Cette fois, pas de studio pour l’assagir. Brute, la musique et la voix de Lapointe déferlent 100 minutes durant, près de 25 plages durant, une douzaine d’inédites durant, sur un album double, interprétées par Lapointe, son band, ses invités, et son public. Adrénaline mérite à son tour le Félix de l’album rock de l’année au Gala de l’ADISQ en 2002.

Lapointe a participé à la compilation Le Petit Roy. Une présence d’ailleurs remarquée pour son interprétation de la chanson de Ferland Une chance qu’on ça.

C’est dans la controverse et suite à une grossière erreur judiciaire importante, le 1er novembre 2004, que Lapointe lance Coupable, son 4ième album studio. 10 ans de carrière, un opus de 10 titres (un onzième en bonus), et peut-être son plus gros. Deux lancements consécutifs, certifié platine dès la sortie, un premier single Reste là au sommet des Palmarès pendant plusieurs semaines et ensuite un autre La Bartendresse soutenu par un clip réalisé par Patrick Huard.

Lapointe auteur, il aura écrit la presque totalité de Coupable seul. Lapointe compositeur, un de nos plus grands peut-être. Lapointe réalisateur qui pousse son cadet Hugo vers un album également à grand succès. Lapointe acteur qui, du loufoque des Boys au drame cynique du Négociateur, attire les éloges et les offres. Lapointe l’homme, l’ami, le simple chanteur qui veut chanter pour le plaisir de chanter et celui de ceux et celles qui veulent l’entendre chanter.

12 ans plus tard, Éric, devenu simplement Lapointe, relance une version plus N'importe quicontemporaine, plus intense, plus rocailleuse, plus troublée et troublante encore de cet énorme succès, N’importe Quoi, qui marque la musique et l’imaginaire du Québec de moins en moins complexé des années 1990.

Cette nouvelle version en musique et en clip de N’importe quoi vous arrive sans prétention, sans artifice, comme Lapointe le souhaitera encore. Elle annonce la parution le 28 novembre 2006 d’une compilation de 17 de ses plus grands succès (il n’en rentre pas davantage sur un CD), de Terre promise à La Bartendresse. Il aura fallu faire des choix. Le coffret de deux disques est commercialisé au prix d’un disque régulier, et s’intitule Lapointe 1994-2006: N’importe qui.

Ce CD arrive avec, en bonus au goût du jour, un DVD où figurent 22 vidéoclips, dont ceux des Boys et de Bon Cop Bad Cop, des versions inédites en remplacement des trois clips appartenant à l’ami Gamma Records, et Tendre Fesse, le clip censuré.

En avril 2008, Lapointe lance Ma Peau, un album studio très attendu. Le deuxième extrait de cet opus a occupé la première place du palmarès BDS pendant plus de 9 semaines au courant de l’été 2008 et s’est même mérité une nomination pour Chanson de l’année au Gala de l’ADISQ. Un DVD documentaire est également disponible, on y trouve des images de la création de l’album jusqu’aux répétitions pour les spectacles, un accès privilégié aux dessous de la création d’un album.

L’année 2009 sera marqué par les sorties en magasin des compilations Ailleurs Volume 1 et 2 (respectivement en avril et novembre). Pendant plus de 15 ans de carrière, Éric a été invité à participer à différents albums hommages et/ou de partager la scène et l’univers musical de d’autres artistes. Ainsi, ces deux volumes compilent ces diverses participations telles que le duo avec Céline Dion lors de son spectacle sur les Plaines, l’Amour existe encore, Un homme ça pleure aussi avec Dan Bigras, Caruso avec Nathalie Choquette, C’était l’hiver avec les Porn Flakes. Sur ce deuxième volume, nous y trouvons quelques versions inédites telles que Le cœur au vif, Les pauvres et Suspicious mind.

En novembre 2010, Éric Lapointe présentera son 6e album studio en carrière. Intitulé Le ciel de mes combats, ce dernier regroupe 12 chansons dont 10 originales, une reprise de la magnifique Ils s’aiment de Daniel Lavoie et, en bonus, Hymne à Montréal (Ville-Marie), chanson thème de la série Montréal Québec.

Les thèmes abordés sont ceux de l’univers Lapointe. Ils vont de l’amitié (Les années coups de poing) au suicide (Tu t’es laissé tomber (Marc)) en passant par l’amour de son public (Aimer pour deux) et l’amour qui pardonne (Berceuse à l’infidèle). Avec Jusqu’au bout, 1er extrait de l’album, Éric signe une véritable profession de foi.

Le ciel de mes combats est un album de retrouvailles : celle d’Éric et de Roger Tabra qui signe ou cosigne toutes les nouvelles chansons et celle de Stéphane Dufour à la réalisation. Mentionnons aussi la précieuse contribution de Scott Price, Steve Hill, Aldo Nova et Claude Pineault.

Pour illustrer sa pochette, Éric a demandé à l’artiste peintre Corno de faire un portrait de lui. Il souhaitait que le bleu y prédomine. Corno a relevé le défi avec brio mais a finalement cédé à l’appel du rouge.